Producteur

Maison Joseph Drouhin

Pays

FRANCE

Région

Bourgogne, Chablis, Bourgogne

Appellations

90, dont 60 appartiennent au domaine

Fondation

1880

Climat

Semi-continental tempéré

Sol

Argilo-calcaire

Vignoble

80 hectares en propriété, dont 60 % de premiers et grands crus couvrant de la Côte Chalonnaise au Chablisien en passant par le cœur historique de la Bourgogne, Côte de Beaune et Côte de Nuits.

Agriculture

Biodynamique

Production

60 % de vins blancs, 40 % de rouges

Cépages

Cabernet sauvignon

Âge des vignes

35 ans en moyenne

En lumière

Philippe Drouhin

C’est le grand maître d’œuvre du domaine et de sa gestion. Né en 1961, grand millésime en Bourgogne, il est en charge des domaines en Côte-d’Or, en Chablis et en Oregon. Il est l’un des quatre héritiers Drouhin, avec ses frères Frédéric, président de Maison Joseph Drouhin, Laurent, directeur du marché nord-américain, et sa sœur Véronique, œnologue du Domaine en Oregon.

Le plus grand propriétaire terrien de Bourgogne

Accéder aux vins de ce producteur

La Maison Joseph Drouhin est propriétaire-négociant éleveur : elle produit 90 appellations, dont les deux tiers appartiennent à sa propre exploitation. De celles-ci, presque la totalité est classée en grands crus ou premiers crus. Une maison d’exception, précurseur dans bien des domaines.

Une première parcelle : le Clos des Mouches

C’est en 1921 que Maurice Drouhin, fils de Joseph, acquit une première parcelle de vigne pour y planter du chardonnay, devenant ainsi propriétaire et producteur à part entière. Le Clos des Mouches, à l’exposition plus qu’enviable et à la pluralité des terroirs, est aujourd’hui partagé entre le blanc et le rouge… et ses vins sont tout simplement remarquables.

Une femme chez les vignerons

Pendant près de 30 ans, soit de 1976 à 2005, Laurence Jobard a été l’œnologue de la Maison, formant un tandem de choc avec Robert Drouhin. Laurence était l’une des premières femmes œnologues dans un monde très masculin : une révolution en Bourgogne! Depuis 2005, la vinification est assurée par Jérôme Faure-Brac en duo avec Véronique Drouhin-Boss.

Bio avant l’heure

En 1988, la décision a été prise de basculer l’intégralité du domaine en culture biologique : les produits de synthèse ne permettaient pas de respecter les sols et donc d’exprimer pleinement la diversité des terroirs. Une décision impopulaire à l’époque, comme on s’en doute. Aujourd’hui, beaucoup de viticulteurs viennent demander des conseils au producteur visionnaire, qui est depuis passé à la biodynamie.

L’histoire du Beaune 1er Cru Cuvée Maurice Drouhin

Maurice a longtemps été administrateur des Hospices de Beaune. Fait moins connu, durant la Seconde Guerre mondiale, l’établissement hospitalier lui a offert un refuge : comme bien d’autres de ses pairs, Maurice Drouhin faisait de la résistance, entres autres en emmurant ses vins dans les souterrains de la ville. Après avoir été caché aux Hospices pour échapper aux Allemands, Maurice fit don de 2,9 hectares situés en Beaune Premier Cru. Le vin qui en est produit figure chaque année dans les célèbres enchères des Hospices de Beaune. C’est la Cuvée Maurice Drouhin.

Dégustation d’un millésime 1896

« Un repas en famille a été prétexte pour notre père Robert d’ouvrir un Clos Vougeot 1896, et l’occasion de faire un plongeon dans l’histoire. La dégustation s’est faite dans l’émotion, alors que nous pensions à cette bouteille qui avait été choisie par notre arrière-grand-père, avait survécu à deux guerres, avait suscité les tentations de la boire et avait finalement été stockée dans la même cave pendant plus d’un siècle. Le vin possédait une couleur tuilée très pâle, un bouquet de roses séchées, une finesse en bouche, un équilibre et une palette aromatique qui a défilé à une vitesse incroyable. Ce furent 30 minutes hors du temps avant que le vin s’éteigne définitivement. » — Laurent Drouhin